UA-188676531-2
top of page

Grand Entretien des Transmetteurs Médecine Narrative : L'art de l'écoute active

Dans le cadre des Grands Entretiens portés par les Transmetteurs, Jeudi 25 avril 2024, le Professeur François Goupy et les Docteurs Gaëlle Abgrall et Philippe Dailland nous ont fait l'honneur de venir nous parler de «La médecine narrative, une révolution pédagogique ?"





Dans le monde médical, la voix de Rita Charon résonne comme un mantra : Apprendre à écouter les patients. Mais qui est cette figure éminente et en quoi consiste son approche révolutionnaire ? Rita Charon, pionnière de la médecine narrative, incarne une vision humaniste de la pratique médicale. Professeure de médecine interne à la Columbia University, elle prône une écoute active des patients, les considérant bien au-delà de leurs symptômes.

 

Son enseignement, désormais incontournable, bouleverse les pratiques médicales traditionnelles. En mettant l'accent sur l'importance de l'histoire du patient, Rita Charon et ses disciples créent un lien précieux qui favorise des diagnostics à la fois cliniques et humains, tout en offrant un réconfort essentiel au patient.

 

Pourtant, cette approche humaniste est aujourd'hui menacée par des pressions économiques croissantes. Le temps consacré aux patients se réduit drastiquement, avec une moyenne alarmante de 18 secondes avant que le médecin n'interrompe son patient lors d’une première consultation.

Dans ce contexte, la compétence narrative devient un outil indispensable pour reconnaître que le patient raconte une histoire, absorber son récit, interpréter ses mots et s’autoriser à être ému par son expérience.

 

François Goupy, épidémiologiste converti à la médecine narrative, a importé cette approche en France. Avec des cliniciens de plusieurs spécialités, ils ont conçu pour l'université Paris Descartes un enseignement reposant sur cinq ateliers d’écriture. Pour chaque atelier, neuf étudiants sont réunis et guidés par un facilitateur clinicien aguerri, et doivent répondre à une consigne d’écriture (« Racontez l’histoire de votre vocation médicale, de votre nom, d’une maladie personnelle ou familiale, d’une relation médecin-malade, etc…). Ces réponses sont ensuite restituées en groupe et discutées, permettant aux participants d'extérioriser leurs émotions, leurs ressentis et leurs convictions. Cette approche favorise une meilleure compréhension de la perspective du patient et du rôle crucial de l'écoute active dans le processus de guérison.

 

L'expérience a montré que 10% des participants étaient réticents par rapport à cette approche, tandis que 30% étaient convaincus de l’importance de ces ateliers d’écriture dans leur formation. Ce sont les 60% restant qu'il est crucial d'engager dans cette formation qui les invite à pratiquer une médecine plus humaine. Cet enseignement a contribué significativement à cet objectif.

 

Cependant, pour des raisons économiques, ce précieux enseignement est redevenu optionnel. Un paradoxe, alors que nombre de professionnels reconnaissent son importance dans la pratique médicale. Pourtant, tous les éléments sont en place pour étendre ce programme à d’autres facultés de médecine. Il faudrait désormais relever ce défi, rendre cet enseignement à nouveau obligatoire et le généraliser à l'échelle nationale. Bien que cela nécessite du temps et un lobbying assidu, la noblesse de la cause justifie pleinement cet effort.

Ensemble, médecins en activité ou à la retraite, continuons à défendre cette approche humaniste de la médecine, car c'est là que réside notre véritable héritage : une médecine qui écoute, qui entend et qui guérit dans l'empathie et la compassion.

Comments


bottom of page