Les Transmetteurs vaccinent les personnes en situation de grande précarité porte de la Villette


@Nicolas Guyonnet / MSF

Porte de la Villette. Depuis le début du mois de juin, les Transmetteurs prennent part à la campagne de vaccination pour les personnes en situation de grande précarité coordonnée par Médecins sans frontières en partenariat avec les Restos du Coeur et La Chorba qui se partagent les locaux où elle prend place.


Pour freiner la pandémie et avec la mise en place du pass sanitaire, il était nécessaire de déployer des moyens supplémentaires afin de vacciner le plus grand nombre. Les personnes exilées et/ou en situation de grande précarité comptent parmi les publics les plus éloignés des dispositifs de santé classiques, et la prise de rendez-vous pour la vaccination relève souvent du parcours du combattant pour eux. Sans vaccin et donc sans pass sanitaire systématique, leur quotidien est fortement impacté : plus d’accès à certains transports, aux cafés qui leur ouvraient leurs portes, à des lieux publics importants pour la sociabilité et les démarches, mais aussi plus l’accès aux soins de santé dans les établissements et services de santé qui demandent à présent le pass pour les situations ne relevant pas de l’urgence.


Médecins sans frontières a mis en place une mission Covid-19 afin d’aller à la rencontre des personnes en situation de grande précarité. Il s’agit d’amener le vaccin directement à eux afin d’éviter que leur situation ne soit d’avantage fragilisée. C’est le cas du centre de vaccination ouvert au dessus du métro porte de la Villette début juin. Les locaux situés là sont gérés par les Restos du coeur et La Chorba qui y ont installé une cantine et un accueil de jour. Depuis le début de la crise sanitaire, les activités du centre ont cependant été réduites. « Il n’est plus possible de déjeuner sur place, on s’est recentré sur la distribution de panier repas » indique Marine Fillâtre, chargée de l’activité « Gens de la rue » aux Restos du coeur, « ce qui a fortement pesé sur le lien social qui s’établissait quand on prenait les repas à table ensemble. » Néanmoins, il demeurait fortement avantageux de proposer un centre de vaccination à cet endroit. Cela permet d’aller à la rencontre d’un public d’habitués, qui connaît bien les Restos du coeur et le lieu, ont l’habitude de s’y rendre car ils bénéficient ici d’un accueil inconditionnel, de repas et de la présence de différents partenaires et associations (le 115, Médecins du Monde, Emmaüs…) pour les orienter vers différents services.



@Nicolas Guyonnet / MSF

Sur place, Médecins sans frontières intervenait déjà auparavant pour proposer des consultations médicales gratuites au moyen d’une clinique mobile présente deux fois par semaine (mardi et jeudi). Dans le cadre de la mission Covid-19 Ile-de-France, l’activité de cette clinique a été étendue pour que les médecins qui opèrent à l’intérieur puissent proposer le vaccin. Médecins sans frontières a aussi décider d’installer un centre de vaccination dans la cafétéria des Restos du Coeur/La Chorba du lundi au vendredi. Ce dispositif permet de vacciner un plus grand nombre de personnes en s’assurant que la clinique mobile puisse également poursuivre les consultations de médecine générale. C’est dans le contexte de création de ce centre consacré à la vaccination que Médecins sans frontières cherchaient de nouveaux médecins pour leur venir en renfort. Ils ont alors fait appel aux Transmetteurs, forts de leur expérience et de leur engagement. Cette mobilisation de concert permet chaque jour la prise en charge d’environ 100 personnes. Un résultat d’autant plus impressionnant que les médecins se sont aperçus que les personnes de 50 ans et plus étaient nombreuses à se présenter à eux, ce qui signifie qu’en dépit des publics prioritaires identifiés par le gouvernement aux premiers moments de la vaccination, certains étaient passés entre les mailles du filet faute d’un dispositif adapté.


« Ici, l’un des avantages est que la vaccination s’effectue sans rendez-vous »

C'est ce que souligne le Dr Brice Daverton, référent médical de la Mission Covid-19 France à Médecins sans frontières. Il précise que la mise en place du centre a été précédée de plusieurs journées de sensibilisation sur place. Un traducteur parlant huit langues est présent au quotidien pour veiller à la bonne compréhension des démarches. Et cela semble très bien fonctionner car chaque jour, les personnes sont de plus en plus nombreuses à se présenter à eux. Il y en a aussi beaucoup qui reviennent avec le certificat du premier vaccin en main et souhaitent ainsi effectuer la deuxième dose. « On a également bénéficié du lien de confiance qui s’est créé entre ce public et les Restos du Coeur, et de la confiance en générale dont profite Médecins sans frontières internationalement » poursuit-il.


Et au fil de la semaine, les Transmetteurs se relaient pour assurer la présence de médecins et la bonne poursuite de la vaccination jusqu’à ce que la mission arrive à son terme. Ce qui ne devrait pas être le cas avant la fin du mois de septembre…